L’Au-delà ethnographique de Marrakech

Par Mohamed Boulajdad, Etudiant en Anthropologie culturelle & Esthéthique

Mohamed Boulajdad, Cireur de chaussures, Place Bab Doukala, Marrakech, juin 2021

Titulaire d’un diplôme d’études supérieures spécialisées en Culture, Patrimoine et Tourisme durable, ancient étudiant de l’École supérieure des Arts visuels de Marrakech (2018-2019), puis au département de Civilisation et des Formes de Connaissances, à l’université de Pise, Italie, des études en Esthétique et en Archéologie, je prépare un ensemble de courts documentaires de caractère ethnographique, sur les ambiances visuelles et sonores à Marrakech.

Les événements sanitaires de l’année 2020 ont déterminé le cadre spatial de cette enquête. Je propose ici plusieurs livraisons de ces recherches. Cette mosaïque constituera un florilège de couleurs et de sons, intimement lié à ce qui, au-delàde la codification des fonctions populaires constitue une véritable chorégraphie de l’humain. 

Les gestes donnent en permanence, par un ballet singulier de dit et de non-dit, d’évidences et de retenues, une singulière palette sur l’effervescence collective, qui sait le double jeu du vital et de la quête du divertissement.